Extrait: Remède végétal

Jordan ouvrit la porte, agacé que Jayden ait de toute évidence encore oublié ou perdu ses clefs, et, à la tête de son frère, voulut aussitôt la lui claquer au nez.

— Vas-y, dis-le.

— Mais qu’est-ce que t’as fait à tes cheveux ?

Incapable de raconter ce qu’il s’était passé, se sentant bête et moche, Jordan retourna à la cuisine à grands pas rageurs, passant la main sur le fin duvet, seul vestige de ses cheveux. Il avait encore envie de pleurer, ce qui était ridicule parce que ce n’était que des cheveux, mais peu importait, il en avait envie. Une fois dans la cuisine, il prit la cigarette qu’il avait été sur le point de fumer lorsqu’il avait entendu frapper. Après l’avoir allumée, il se laissa apaiser par le goût et le parfum de l’herbe à fée et de la menthe. Au diable le café, vive l’herbe à fée.

Il poussa un soupir lorsque Jayden se glissa dans la pièce.

— Franchement, qu’est-ce que t’as fait à tes cheveux ?

— Qu’est-ce que t’as fait à ton cerveau ? Comment t’as encore pu oublier tes clefs ?

— Arrête d’éluder la question.

Les yeux fermés, Jordan tira sur sa cigarette, inspira profondément la fumée, savourant la façon dont elle lui réchauffait le sang et ouvrait sa magie, arrondissait les angles de sa mauvaise humeur. Enfin, il rouvrit les paupières et dit :

— C’est Mme Harley. J’étais chez elle pour renouveler ses défenses anti-insectes, cueillir de la coriandre fraîche, tout ça. Elle voulait que je jette un coup d’œil à cette concoction à l’odeur horrible qu’elle faisait mijoter dans son chaudron – un vrai chaudron ! – sauf qu’au lieu de me tendre le pichet pour que je le sente, elle a trébuché et je me suis retrouvé arrosé. Une potion de guérison, qu’elle a dit ! Tu trouves que mes cheveux ont l’air guéri ?

— Chut, dit Jayden en le prenant fermement par les bras. Elle est complètement cinglée. Il faut que quelqu’un lui prenne son « grimoire » et le brûle.

— C’était horrible ! ajouta Jordan en reniflant. Presque trop chaud, ça sentait l’herbe pourrie et même la viande ! C’était épais, huileux et collant, et j’ai essayé de l’enlever mais au bout du compte…

Il avala sa salive et repoussa Jayden pour inspirer une nouvelle bouffée de cigarette.

Jayden fronça les sourcils.

— Tu veux que je la brûle ? J’ai pas besoin de magie, pour ça, juste d’essence et d’allumettes.

Jordan réussit à rire.

— Ce n’est pas gentil de brûler les gens, surtout les vieilles dames sans mauvaises intentions. Ce ne sont que des cheveux, ils repousseront.

Il passa les doigts sur cet affreux duvet, surpris, troublé et malheureux de ne rien y trouver. Malgré les centaines de fois où il l’avait fait depuis qu’il les avait coupés la veille au soir, cela le surprenait encore. Bizarrement il s’attendait à ce que ses dreadlocks reviennent, à sentir leur poids, à pouvoir tirer dessus quand il était nerveux.

Il grogna lorsque Jayden l’étreignit, et le repoussa.

— Va-t’en, tu sens le petit ami.

Jayden lui fit un sourire moqueur.

— Toi…

— Si tu termines cette phrase, je te tue.

— Ouais, ouais. Qu’est-ce que tu fais debout ? Si tu refaisais ton stock, tu dois être réveillé depuis, genre, 6 heures ce matin à tout préparer et ranger.

À nouveau anxieux, Jordan aspira une autre bouffée et avoua :

— Entretien pour un boulot.

— Quoi ? Monsieur j’aime bosser dans la cabane mal foutue du jardin a cherché un travail ? Où ça ?

Jordan alla prendre un tas de papiers sur la table, certains qu’il avait rassemblés tandis que d’autres lui avaient été envoyés lorsqu’il avait présenté sa candidature.

— Rien qui t’intéresse. Ça s’appelle Cumberly & Pass…

Il s’interrompit lorsque Jayden attrapa les feuilles et se mit immédiatement à rire.

— Tu vas devenir juriste ou un truc du genre ?

Récupérant les papiers brutalement, Jordan les serra contre lui et répondit :

— Ce n’est pas un cabinet d’avocats ! Cumberly & Pass est l’une des meilleures firmes de magie de la région, et même de la côte est, et ils ne font jamais de recrutement externe ! Plus important encore, ils cherchent explicitement des sorciers herboristes, ce qui n’était jamais arrivé. C’est une chance inespérée. Tu sais ce que ça pourrait apporter à ma magie, à ma réputation ? Ça…

Il s’arrêta lorsqu’il vit l’expression de Jayden, qui disait qu’il était heureux pour Jordan et qu’il faisait de son mieux pour en apprécier les détails, mais la magie ne l’avait jamais passionné ; bidouiller des sorts de base et des charmes à son usage personnel, aider parfois lorsque Jordan avait trop de travail lui suffisait.

— Bref, c’est cool.

— J’en doute pas. J’essaie encore de me remettre du fait que tu abandonnes ton ermitage…

— Je ne suis pas un ermite ! C’est pas parce que je passe pas ma vie à sortir comme toi que…

Au grand sourire de Jayden, il s’interrompit.

— Va-t’en avant que j’aille voir s’il reste de la potion de guérison à te vider sur la tête.

Jayden éclata de rire, se faufila près de lui pour l’étreindre vivement, puis s’enfuit de leur cuisine encombrée et aux murs délavés pour rentrer dans sa chambre par le couloir au parquet grinçant.

Avec un soupir, Jordan termina sa cigarette et jeta le mégot dans le cendrier près de la poubelle. Il rentra à son tour dans sa chambre, en face de celle de Jayden, et se déshabilla sur le chemin de la salle de bains. Il ouvrit le robinet de la douche et attendit que l’eau chauffe, contemplant d’un air triste sa tête rasée, les doigts courant sur ses tatouages et son piercing au téton. Une fois l’eau aussi chaude que possible, il entra dans la douche et se mit à se laver, se servant de son savon préféré, à la menthe et à la coriandre. Cela le rasséréna un peu, au point qu’il souriait presque lorsqu’il sortit et se sécha.

Livre